Oeuvre & style

Style de Jean-Louis Vallas
Jean Louis Vallas

Le style poétique de Jean-Louis Vallas est faite d’une versification souple, classique et faite de sauts et d’imprévus, avec des coupes et des mètres variés.
Son style est musical à tel point que la pianiste Lucienne Delforge l’identifie à un chef d’orchestre. Ce style musical est confirmé par Pierre Bertin : « Les Rimes Buissonnières de Jean-Louis Vallas ont leur musique à ce point qu’on les chanterait presque au lieu de les lire » (Pierre Bertin, de la Comédie française). Certains de ses poèmes ont d’ailleurs été mis en musique par Henri Sauguet et Ted Scotto. En ayant souvent recours à la première personne, on remarque une forte présence de l’auteur dans nombre de ses poèmes (Cf « Pont royal« , « Les sabots de joie« , etc.). Ce n’est cependant pas le cas de plusieurs d’entre eux comme « Saint Louis » ou « Tuileries » où le poète s’est volontairement fait invisible pour laisser ces poèmes pleins de leur sujet.
Latiniste et helléniste, sociétaire du conservatoire de la poésie classique française, grand défenseur des classiques, il s’inscrit dans le courant de la poésie classique.

1984, chez Jean-Louis Vallas

Oeuvre de Jean-Louis Vallas

Recueils
  • Rimes Buissonnières, 1975, illustrations de Katiamiouny et J. Thomas,
  • Au Piéton De Paris, 1965, en hommage à Léon-Paul Fargue, éd. Henri Lefebvre, 23 rue du faubourg st Honoré, Paris,
  • Paris vivant, 1961, qui le fait sacrer « poète de Paris »,
  • Pétales de femmes, 1961, orné de dessins de Madeleine Scellier,
  • Jardins de Paris, 1961,
  • Résonance De Paris, préface de la duchesse de La Rochefoucauld, illustré de toiles de Salvador Dali, éd. Albin Michel, couronné par l’Académie française,
  • Poèmes et promenades,
  • Fisc et poésie, 1955, éd. de l’Artisan,
  • O visages, 1952, avec 33 eaux-fortes du peintre canadien Paul Vanier Beaulieu,
  • Louvre, dessins de Robert Naly,
  • Ponts de Paris, 1949, ce recueil, prix populiste, a été édité plusieurs fois, tantôt illustré de gravures de Robert Naly, tantôt avec la reproduction d’un portrait de l’auteur par André Utter, tantôt illustré de photographies de Denise Colomb,
  • Visages de Paris,
  • Sabots de joie,
  • Art poétique,
Poèmes
  • Saint Louis, couronné par l’Académie française,
  • Par delà les étoiles, Ed. St-Germain-des-Près : Ce poème de 1666 alexandrins, illustré par Yves Brayer et mis en musique par Henri Sauguet, est une grande fresque sur la création du Monde, l’homme (corps, âme et esprit),
  • Ballade des trois petits pavés lillois,
  • Ballade de madame maman,
  • Ballotages,
  • Chorodie pour Léon-Paul Fargue,
  • Crèche dans mon cœur,
  • Dans le temple sacré…,
  • Danse, danse ô ma pensée !,
  • L’Archer du Beau,
  • La Fontaine,
  • La lune sur le toit,
  • Les sabots de joie, 1958, décoré de sabots de bois d’olivier taillés par Robert Grimaud,
  • Les tortues,
  • Le piège,
  • L’hippocampe,
  • L’ombre de Jules Supervielle,
  • Lettre d’excuse,
  • Lille et Lyon,
  • Lyon,
  • Matines,
  • Marine,
  • Métamorphose de Narcisse,
  • Moulins de Flandre,
  • Ne dites pas la pluie,
  • Nuit Bleue,
  • Ode sur les femmes (traduit d’Anacréon),
  • Orient-Express,
  • O Malaac !
  • O visages,
  • O visages des gens qui passent,
  • Pétales bleus…,
  • Piano (dédié à la pianiste Lucienne Delforge),
  • Poème,
  • Poèmes en Fission,
  • Poursuite du vent (ballet en 6 tableaux),
  • Retour de Vannes,
  • Terrils, pyramides du pays noir,
  • Toutes les roses de ton âge.

Poèmes sur Paris

Paris_Panorama_Vallas

  • A Montparnasse (dédié à André Salmon),
  • Aube à Montmartre,
  • A saint-Germain des près (dédié à Pierre-Mac’ Orlan),
  • Au lapin agile, consacré au célèbre cabaret montmartrois,
  • Des Invalides à la place Furstenberg,
  • Juillet,
  • Gare du Nord (dédié à Jules Tellier),
  • Le jardin des Batignoles,
  • Les Halles (dédié à G. et M. Kréder),
  • Luxembourg,
  • Invalides,
  • Louvre,
  • Montparnasse nuit de l’An 38,
  • Naissance à Montmartre,
  • Opéra (dédié à A. et M. Sainte Claire Deville),
  • Parc Montsouris,
  • Par Montmartre (dédié à Marcel Aymé),
  • Paris ~ 15 août,
  • Paris, panorama (de la table d’orientation de Montmartre),
  • Philippe Auguste, vue de Montmartre,
  • Pont Louis-Philippe,
  • Pont royal,
  • Petit pont,
  • Place Suzanne Valadon,
  • Pont de la Concorde,
  • Pont-Neuf,
  • Pont Sully,
  • Pont Marie,
  • Pont de l’Alma,
  • Pont des suicidés,
  • Pont Caulaincourt,
  • Pont de la Grange aux belles,
  • Pont de la Villette,
  • Pont Toutou,
  • Pont des Batignolles,
  • Pont Alexandre III,
  • Passerelle de Tokio,
  • Passerelle du Pont des Arts,
  • Pont Mirabeau,
  • Pont Sully,
  • Pont du Carroussel,
  • Pont de Bercy,
  • Printemps Champs Elysées Clémenceau (publié dans la revue Vagabondages),
  • Quartier latin,
  • Rentrée d’octobre chez Roger la Grenouille (restaurant germanopratin),
  • Restaurant chinois,
  • Saint-Germain des près (capitale de Paris) (dédié à Raymond Queneau),
  • Sous le ciel gris,
  • Sous les ponts de Paris,
  • Tuileries,
  • Viaduc de Passy.

Poèmes sur l’amour, les fleurs et les femmes

  • Amour le vent,
  • Amour mon beau souci,
  • Anémones, filles du vent,
  • Au bois, près de Bagatelle,
  • Au vent d’amour,
  • Bal (parc de Sceaux),
  • Bois de Vincennes,
  • Ce petit square,
  • Dahlia d’or,
  • Dès le matin,
  • Eglise de l’amour,
  • Impromptu en la majeur,
  • Iris,
  • Iris blancs,
  • Iris dorés,
  • Iris mauves,
  • Jardin privé (place des Etats-unis),
  • Jardins de l’observatoire,
  • Jasmin,
  • Jeunes fille,
  • Je pense à vous,
  • Je ne sais,
  • L’Amour a mis mon coeur dans tes mains,
  • L’enfant l’espoir et la rose,
  • Métamorphose de Narcisse,
  • Messagère,
  • Pétales blancs,
  • Pétales d’Eves,
  • Pétales bleus,
  • Paquebots du rêve,
  • Romarin ou Lude en cil dièze,
  • Rosalinde dans le parc (de Saint-Cloud),
  • Roses de brousse,
  • Terebinthes, pelages fauves,
  • Toutes les roses de ton âge,
  • Triptyque des belles hollandaises,
  • Threne pour une nymphe défunte.

Poèmes sur le temps et les saisons

  • Aube au printemps,
  • Automne,
  • C’est dimanche,
  • Le temps vole…,
  • Le temps fuit…,
  • Vacances,
Ouvrages
  • Auguste Angellier par ses amis, Ed. Messein, 1938,
  • Cauterets, Mille ans d’histoire et d’idylles, 1982. Préface du Dr Henri Pradal (1931-1982).
Chansons

Préfaces et participations

  • Lumières et vérités (poèmes), de Maurice Schiff, éd. « La nouvelle Pléiade » dirigée par Guy Chambelland, préface,
  • La femme, encyclopédie poétique de J. Grassin (participation), 1961,
  • La nature, encyclopédie poétique de J. Grassin (participation), 1963.

Articles et discours

  • La vie et l’œuvre d’Auguste Angellier, Les Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord-Pas-de-Calais, 29, 1989. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 179/7,
  • Eloge de Maurice Garçon (Discours de réception à l’académie septentrionale).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s